Craquages alimentaires et envies sucrées

3 axes :

  • Les facteurs alimentaires.
  • Les facteurs émotionnels.
  • Les facteurs d’hygiène de vie.

Tous ces facteurs sont liés, et font partie d’un même cercle.

1) Les facteurs alimentaires

Grâce à une alimentation saine et équilibrée au quotidien, notamment avec des apports en glucides adaptés, cela va permettre d’éviter le déséquilibre de la glycémie pour une régulation de l’énergie et de la faim.

En pratique :

  • Miser sur la qualité avec la consommation de sucres à indice glycémique bas.
  • Réguler la quantité des portions de glucides en fonction des besoins individuels liés à la dépense énergétique.

2) Les facteurs émotionnels 

La consommation alimentaire peut augmenter en réponse à un stress ou à des émotions négatives.

« Le cortisol au centre de ce mécanisme »

Explications :

Le cortisol est une hormone sécrétée par les glandes surrénales, et sa production nous aide à faire face aux différentes situations de stress que l’on va pouvoir rencontrer.

Mais ce mécanisme est bénéfique sur un temps court comme échapper à un danger immédiat.

En revanche, l’organisme n’est pas adapté à des expositions prolongées et donc de fortes doses de cortisol, phénomène l’on va malheureusement retrouver avec nos rythmes de vie moderne, et ces différentes pressions et contraintes (sociales, familiales, culturelles…).

Exemple :

Le simple fait de stresser dans les embouteillages pour arriver à l’heure à son lieu de travail va provoquer une sécrétion de cortisol.

Les effets sur l’organisme :

Augmentation de la consommation alimentaire avec une attirance pour des aliments riches en énergie, disposant d’une teneur élevée en sucre, mais aussi en matières grasses.

C’est le résultat de la perturbation de l’équilibre de la glycémie, mais également pour engager un processus de réconfort en réponse au stress subit.

Il est donc primordial d’accorder une importante toute particulière à la gestion émotionnelle, afin d’éviter les envies et compensations alimentaires.

En pratique :

  • Limiter et éviter au maximum les situations stressantes.
  • Favoriser la détente et la relaxation (méditation, yoga, cohérence cardiaque…).
  • Se créer un environnement et entourage de vie positif.

3) Les facteurs d’hygiène de vie

1. Le sommeil

La réduction du temps de sommeil liée à nos rythmes de vie moderne, va entraîner également diverses perturbations pouvant accentuer le phénomène d’augmentation et de compensation alimentaire.

Les effets sur l’organisme :

  • Baisse de la production de leptine qui est l’hormone de la satiété.
  • Augmentation de la sécrétion de ghréline qui est l’hormone de la faim.
  • Plus forte sécrétion de cortisol avec tous les effets négatifs que nous avons pu voir précédemment.

En pratique :

  • Disposer d’une chambre adaptée (literie de qualité ; température d’environ 18 degrés…).
  • Favoriser une routine positive du sommeil (heures régulières de levers et de couchers ; pas d’activité intense et stressante avant l’endormissement ; éviter les écrans au minimum 1h avant le coucher…).
  • Accorder un temps de sommeil suffisant (7 à 9 heures par nuit pour un adulte).
  • Faire des siestes courtes pour favoriser la régénération.

2. L’activité physique

« Le sport est bénéfique pour réguler l’ensemble des facteurs négatifs entraînant des envies et compensations alimentaires »

Les effets sur l’organisme :

  • Meilleure régulation de la glycémie.
  • Évacuation du stress.
  • Optimisation du sommeil.
  • Secrétions hormonales du bien-être comme l’endorphine.
  • Amélioration de la confiance en soi.
  • Etc…

En pratique :

  • Favoriser une activité physique régulière.
  • Varier les sports, les sollicitations et les intensités.

CONCLUSION

Avec toutes ces explications, nous avons pu voir qu’il y a de nombreux facteurs qui peuvent entraîner des craquages alimentaires et envies sucrées.

Ils sont tous liés, et font partie d’un même cercle

Avec une alimentation saine et des apports en glucides adaptés, une bonne gestion émotionnelle, un sommeil réparateur, et une activité physique régulière, cela va permettre de profiter d’un cercle positif et vertueux, afin d’éviter les phénomènes d’augmentation et de compensations alimentaires.

Klein Guillaume DIET NUTRI ENERGIE

2 réflexions au sujet de « Craquages alimentaires et envies sucrées »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s